30 juillet 2012

extravagant


J'ai ouvert les volets. La lumière avait l'intensité d'une histoire d'amour. J'étais aveuglée, ravie, pas seulement parce qu'il faisait merveilleusement chaud, mais parce que la nature n'a aucune mesure. 
Nul n'a besoin d'une telle quantité de lumière. 
Pas plus que nul n'a besoin des sécheresses, des volcans, des moussons, des tornades, et pourtant nous les subissons, parce que notre monde est aussi extravagant qu'un monde peut l'être. 

Ce sont nous qui sommes obsédés par la mesure. 
Le monde, lui, se répand en flots.


Garder la flamme - Jeanette Winterson

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...